Logo Journal L'Essor
2022 2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Décembre 2021
Le mystère du Monument Brunswick
Lu par : lu par Rémy Cosandey

Le mystère du Monument Brunswick
Le Groumeur
Éditions Slatkine, 2021

Le mystère du Monument Brunswick

Le Groumeur, Editions Slatkine, 2021

En langue genevoise, Le Groumeur est le mécontent, le râleur. C’est ce pseudonyme qu’a choisi Eric Lehmann pour rédiger un roman policier particulièrement épicé et riche en rebondissements.

Ancien journaliste, présentateur du Téléjournal, directeur de la Radio-Télévision Suisse, Eric Lehmann a aussi été commandant de la Police cantonale vaudoise. C’est dire qu’il connaît bien le fonctionnement de toutes les institutions et que son polar s’appuie sur des faits (réels ou imaginés) parfaitement crédibles.

L’inspecteur Clébard, le principal personnage de son livre, est un policier sympathique: sociable, rusé, intuitif, bon vivant, excellent connaisseur de toutes les ficelles de la criminologie. Avec lui, on suit l’enquête qu’il mène avec passion et on admire les incessants rebondissements qu’il propose. On apprend aussi à connaître les monuments de Genève et de Vérone, à apprécier la collaboration entre les polices de plusieurs cantons romands, à aimer la persévérance (on pourrait presque parler d’entêtement) des principaux personnages du roman. Au fil des pages, Le Groumeur évoque par leur vrais noms plusieurs hommes et femmes qui jouent un rôle important dans la vie genevoise. Mais il le fait avec beaucoup de finesse (parfois même avec retenue et affection).

Les assassinats de l’inspecteur Yves Mueller, de sa femme puis du sergent Crettenand ne sont pas simples à élucider. Les coupables potentiels sont nombreux: la ‘Ndrangheta, branche d’une mafia particulièrement active en Suisse, une piste thaïlandaise, une autre conduisant dans les arcanes de l’Église catholique. Finalement, grâce à la clairvoyance de Clébard, une cache sera découverte sous le monument Brunswick de Genève et les truands qui venaient récupérer le trésor entreposé furent mis hors d’état de nuire.

Le style d’Eric Lehmann est direct et plein de jeu de mots. On sent qu’il a étudié les livres de Frédéric Dard car il aime imiter parfois le langage de San Antonio. Tout au long des 230 pages du polar, on ne s’ennuie jamais et l’auteur arrive à ménager le suspens et à fixer l’intérêt de ses lecteurs. On attend impatiemment le prochain roman policier.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2022   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?