Logo Journal L'Essor
2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Juin 2021
Après moi, le déluge!
Lu par : Gloria Barbezat

Après moi, le déluge!
Emilie Salamin-Amar, Planète Lilou, 2021

26 nouvelles de A à Z.

De lettre en lettre, chaque récit captive le lecteur, lui donne envie de plonger dans ces vies dont l’auteure sait si bien décrire tout en finesse, poésie et réalisme. L’auteure nous régale avec son style direct, elle mène le lecteur dans un univers narratif concis et plein d’intensité. L’écriture est rythmée par des mots incisifs mais néanmoins bien choisis à chaque situation. Chaque nouvelle forme un monde entier, tout y est bien pensé et pesé où l’effet de surprise et les rebondissements entretiennent le lecteur dans une vérité fictive très bien maîtrisée.

Du générateur de rêves qui se préoccupe du fait que nous ne restions pas seuls dans notre coin à cliquer «j’aime», du ramoneur équilibriste «qui devient ramoneur de cœurs» prêt à ramoner «toutes les blessures intérieures», du Robot 17 accusé d’avoir abusé, asservi et manipulé trois imprimantes ainsi que deux scanners…

La retraitée qui se rend compte qu’il lui arrive de s’absenter d’elle-même, seule propriétaire des ultimes trésors de sa mémoire, «happée par un vaste espace de liberté absolue.» Sans oublier «l’orfèvre du temps» qui clame «je ne veux que des moments d’exception» à vivre et à aimer.

Emilie Salamin-Amar, «fille de la planète», fait aussi un clin d‘œil à la situation sanitaire actuelle avec humour, «on a quand-même le droit de rigoler, sinon on va finir par devenir totalement Covidiot!… Les gens n’ont pas supporté le confinement. Et encore moins de les avoir forcés à se rappeler qu’ils étaient mortels.»

L’illustration sur la couverture, selon l’auteure, représente la vision d’un monde flou et inaccessible, malgré son attractivité. Les lanternes éteintes qui ouvrent chaque chapitre rappellent le manque de visibilité quant au futur. Le titre de cet ouvrage prend alors toute sa dimension significative.

A travers sa plume affûtée, l’auteure construit sa liberté tout en apportant de la poésie comme remède à la réalité. A lire et à partager ce petit trésor littéraire!

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2021   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?