Logo Journal L'Essor
2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Avril 2021
Les Bourbakis
Lu par : Gloria Barbezat

Les Bourbakis
Gérard Tissot-Robbe et Paul-André Joseph, Editions Cabédita, 2021

Une page d’histoire franco-suisse relatée avec précision et rigueur. C’est ce qui ressort de cet ouvrage écrit par deux passionnés. Les auteurs démontrent, tout au long du récit, leur souci de nous transmettre l’authenticité des faits concernant la fin de l’armée de l’Est par une analyse méticuleuse de tous les documents étudiés et comparés, tels que lettres, avis officiels, témoignages écrits, dessins et gravures dont certains inédits.

Bourbaki – général de brigade en raison de «ses brillantes et solides qualités de guerre, de sa rare audace et de son coup d’œil militaire». Meneur d’une armée de 100.000 hommes, composée d’une multitude d’unités, «il exerçait sur la troupe une attraction indéfinissable». Après un cuisant échec aux alentours de Belfort, l’armée du général Bourbaki se dirige du côté de Pontarlier pour effectuer une retraite sur Lyon.

«Nos ennemis poursuivaient nos soldats pour les forcer à entrer en Suisse. Cependant, les soldats désignés pour protéger la retraite firent leur devoir; ils se battirent courageusement» en les tenant à distance. Cette résistance a rendu possible le passage en Suisse de toutes les troupes de l’armée de l’Est en retraite. Ce dur combat s’est déroulé à quelques kilomètres de la frontière suisse, à La Cluse sous le fort de Joux. Les Prussiens ont eu d’énormes pertes en effectifs et armes, «ce site leur inspirait une profonde terreur».

Le Val-de-Travers a toujours été considéré comme étant le théâtre de cette fuite vers la Suisse.

Les auteurs démontrent, par leurs recherches approfondies, que d’autres itinéraires ont été suivis afin de ne pas encombrer la route menant aux Verrières. Le transit s’est fait aussi par le village des Fourgs, L’Auberson, Sainte-Croix. Les auteurs décrivent avec force détails le défilé des troupes en ce fameux 1er février 1870, sous le froid d’un hiver rigoureux, «dans un état pitoyable et pêle-mêle», exténués, mourant de faim, implorant la commisération publique.

Fondée par Henry Dunant en 1863, la Croix-Rouge trouve là un terrain propice pour déployer toute son efficacité en assistance et en soins.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2021   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?