Logo Journal L'Essor
2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Février 2021
Vous avez dit éternel recommencement?
Auteur : Marc Gabriel

Adolf Hitler a été élu le 3 décembre 2020, et quand je dis élu, je devrais plutôt dire plébiscité. 85% des voix se sont portées sur Adolf Hitler. Vous ne cauchemardez pas, c’est tout à fait sérieux. Adolf Hitler ressuscité? En quelque sorte, oui. Et à nouveau plébiscité? Eh bien oui. Jamais, je n’aurais imaginé devoir rapporter une telle nouvelle. Et pourtant elle est tout à fait authentique. Ce n’est pas une fake news, ni un complot de Bill Gates, pas plus qu’un pépiement nocturne du clown orange de Washington.

La presse internationale en effet rend compte de cet événement qu’à son tour l’essor devait transmettre à ses lectrices et ses lecteurs. Ainsi va le monde, il faut parfois savoir assumer les réalités, quelles qu’elles puissent être. C’est le devoir sacré et c’est ce qui «devrait» constituer la moelle épinière, la colonne vertébrale du journalisme intransigeant qui, seul, sera à même de restaurer la confiance du public envers la presse dont on déplore un peu partout l’irrémédiable détérioration.

Avant de se perdre dans une analyse psychosociale, politico-historique, avant de se plonger dans une inutile réflexion philosophique, voire métaphysique, avant d’aborder les conséquences d’une telle élection, avant d’envisager de quelconques réactions, avant de déprimer face à l’évidente perte de mémoire de l’humanité, avant de gloser sur les conséquences tragiques du Traité de Versailles, bref, avant de commenter cette incroyable nouvelle, avant de se pencher sur la théorie de la relativité générale d’Einstein et de conjecturer à propos d’une improbable boucle temporelle, voyons d’un peu plus près ce qui s’est passé.

Comment en est-on arrivé à la résurgence des années 1930 en plein XXIe siècle? Ça n’est pas la première fois que nous observons de troublants parallèles entre notre époque et les années terribles qui ont apporté au monde le conflit le plus meurtrier et destructeur de tous les temps. Nous avons vu, il n’y a pas si longtemps, un style d’affiches électorales, qui avait de quoi inquiéter celles et ceux qui ont encore un peu de mémoire, réapparaître sur nos murs. Nous pouvons constater que dans plusieurs pays de la planète, les «démocratures» et autres régimes «autoritaires» font florès. Nous sommes parfaitement informés des atteintes aux droits de l’homme, aux droits des femmes, aux droits des enfants et certainement à ceux des vieillards, qui jaillissent un peu partout comme l’or noir jaillit des sables chauds et des profondeurs océaniques pour le plus grand bonheur des poissons. Nous savons à quel point les théories complotistes, révisionnistes et autres attrape-nigauds font marcher le monde entier sur la tête. Oui, nous savons tout cela et voilà qu’Adolf revient!

Merci, chère lectrice et cher lecteur, merci d’avoir eu le courage de parcourir ce délire jusqu’ici. Ça prouve que vous avez l’esprit curieux et que vous êtes capables d’affronter la réalité, votre culture générale vous le permet et vous m’en voyez très heureux et même reconnaissant. À vous donc, le fin mot de l’histoire: le 3 décembre 2020, a en effet été élu avec 85% des suffrages, le conseiller de la circonscription d’Ompundja, une respectable division électorale du nord de la Namibie, un certain Adolf Hitler Uunona. Cet élu précise que son patronyme n’a rien à voir avec l’idéologie nazie. Son épouse le convie à table en l’appelant Adolf et à 54 ans, ce Namibien, bien trop bronzé, pour avoir été, ne serait-ce qu’un instant, adepte des thèses de son tristement illustre homonyme, précise qu’il n’a pas pu changer de prénom (Adolf Hitler) car tous ses documents officiels le précisent.

En matière de mémoire, rappelons seulement que la Namibie est une ancienne colonie allemande (Deutsch-Südwestafrika, 1864-1915) et que les parents de notre Adolf Hitler ont sans doute voulu bien faire en l’affublant d’un pareil prénom, à leurs yeux probablement prestigieux. Gageons que ce malheureux choix ne ressortait que de l’incompréhension de ses géniteurs pour ce que représentait vraiment Adolf Hitler.

Moralité, l’ignorance, même innocente, s’avère hautement toxique et si dans le cas qui nous occupe, ça ne porte pas à conséquence, imaginons un instant que ce cher conseiller ait eu quelques velléités dictatoriales, ou qu’il soit démocratiquement devenu dirigeant de la Namibie, les réunions de chefs d’États à travers la planète auraient été plutôt bizarres.

Référence: Wikipédia: Adolf_Hitler_Uunona

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2021   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?