Logo Journal L'Essor
2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Février 2021
Pour mettre fin à l’acceptation péjorative de l’Anarchisme
Auteur : Georges Tafelmacher

M. Philippe Biéler, dans sa contribution sur le patrimoine parue dans le dernier numéro de l’essor, parlait du développement de notre pays où il assimilait l’anarchisme à une «tache d’huile qui se répand sur tout le territoire». Même si ce qu’il a dit au sujet du développement présent est vrai, il fait montre par contre d’une méconnaissance totale de la notion même de l’anarchisme qui mériterait mieux.

Non… le développement des cités dortoirs n’est pas anarchique mais néolibéral, affilié au seul besoin de se faire de l’argent par la spéculation immobilière. Et de caser un maximum de gens dans un minimum d’espace. Mais alors, qu’est l’anarchisme et en quoi pourrait-il présenter un espoir pour demain?

Un exemple de révolution anarchiste sur une grande échelle, le meilleur à mon sens, c’est l’Espagne de 1936. On l’a tuée, mais tant qu’elle a duré elle fut un témoignage éloquent de la capacité des pauvres gens de s’organiser, de s’administrer sans coercition, ni contrôle.
– Noam Chomsky

L’anarchisme est d’abord un mouvement d’idées et d’action qui, en rejetant toute contrainte extérieure à l’homme, se propose de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle d’autonomie où l’esprit humain parvient à la pleine conscience de soi-même, à la prise de conscience et compréhension de son être. Du principe de l’autonomie de la volonté individuelle, on doit aboutir à une union librement consentie dont la solidité est certainement supérieure à celle d’une union obtenue par la force ou la contrainte.

L’anarchiste répudie toute idée d’autorité comme étant contraire à la notion de la liberté individuelle. Il lui apparaît que l’ordre et la justice, dont il ne nie aucunement la nécessité pour la cité, doivent reposer sur un contrat librement conclu entre tous les membres de la communauté. Les clauses d’un tel contrat, profitables à tous les contractants, sont observées tout aussi librement. La multiplicité des contrats se traduit par le fédéralisme, appelé à remplacer l’organisation étatique. Une infinité de contrats s’engendrant les uns les autres et s’équilibrant d’autant plus facilement qu’ils ne sont point immuables ni définitifs, soit sur le plan professionnel, soit sur le plan régional, ou national et même international. Le fédéralisme anarchiste, c’est la recherche perpétuellement renouvelée d’un équilibre entre des groupements distincts.

Quand les États auront disparu, l’unité vivante, féconde, bienfaisante, tant des régions que des nations, et de l’interna-tionalité du monde civilisé d’abord, puis de tous les peuples de la terre, par la voie de la libre fédération et de l’organisation de bas en haut, se développera dans toute sa majesté.
– Bakounine

L’anarchisme, c’est la création d’une société libre,
sans classes ni État, ayant comme buts premiers:

• L’égalité sociale, économique de tous les individus;
• La possession collective ou individuelle des moyens de production et de distribution,
     excluant toute possibilité pour certains de vivre en exploitant le travail des autres;
• L’égalité dès la naissance des moyens de développement, c’est-à- dire d’éducation
     et d’instruction dans tous les domaines de la science, de l’industrie et des arts;
• L’organisation sociale sur les bases de la libre fédération des producteurs et des
     citoyens, faite et modifiable selon la volonté de leurs composants;
• La libre union des individus selon leurs convenances et leurs affinités;
• Le droit absolu pour tout individu d’exprimer ses opinions.

Exiger que la justice soit juste est une idée d’anarchiste.
– Anatole France

En bref, l’anarchisme c’est l’abolition du salariat, de toutes les institutions étatiques et formes d’oppression qui permettent et maintiennent l’exploitation de l’Homme par l’Homme, ce qui implique la lutte contre le sexisme et les dominations de genre, contre le patriotisme et le racisme, contre les religions et les mysticismes même s’ils se cachent sous le manteau de la science, et pour la fraternisation de tous les groupes humains et l’abolition des frontières.

C’est la société entière qu’il faut reconstruire et cela sur une base de respect et d’entraide, non pour un individu, une classe ou un parti, mais pour tous les individus.

Georges Tafelmacher

Si un pouvoir quelconque pouvait faire quelque chose, c’était bien la Commune composée d’hommes d’intelligence, de courage, d’une incroyable honnêteté et qui avaient donné d’incontestables preuves de dévouement et d’énergie. Le pouvoir les annihila, ne leur laissant plus d’implacable volonté que pour le sacrifice. C’est que le pouvoir est maudit et c’est pour cela que je suis anarchiste.
Louise Michel (1830-1905)
Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2021   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?