Logo Journal L'Essor
2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Octobre 2019
Rentrée des classes
Auteur : John Vuillaume

Tout va très bien dans notre établissement scolaire où nous sommes à l’écoute des parents (nous répondons aux appels tous les troisièmes lundis du mois hormis en juin, juillet, septembre et décembre, de 13h30 à 13h45 jusqu’au 10 mars (années bissextiles) et de 15h15 à 15h30 jusqu’au 30 novembre) et des enfants que nous accueillons avec bienveillance (sourire aux lèvres obligatoire, c’est dans le règlement).

Ce matin de rentrée, la pluie battante aurait pu nécessiter des chaussures appropriées; mais trois enfants de la même famille, appartenant à la multiculturalité (des pas-comme-nous, étrangers, pauvres et exclus) sont arrivés en chaussettes, sans bottes en plastique. Acceptons et nourrissons-nous de la différence (pourquoi vouloir essayer d’intégrer des gens avec qui nous n’avons rien en commun?), c’était la fête de la chaussette mouillée, un rite que nous pourrions instituer pour nos élèves issus de la diversité (il faut bien faire quelque chose pour des étrangers qu’on ne pourra pas renvoyer chez eux).

De plus, beaucoup d’enfants semblent souffrir d’un déficit d’attention, certains sont fatigués (comme nos trois déchaussés qui ne mangent pas tous les jours à leur faim), d’autres hyperactifs (gavés au sucre et au smartphone, enfants-rois sous-éduqués), mais notre corps enseignant sait se montrer très professionnel (il ne part pas en burn-out à la première difficulté venue et survit au milieu des troupeaux disparates et indociles qu’on lui confie), et avec le soutien de notre département cantonal qui nous facilite la tâche en supprimant les devoirs, pour plus d’égalité (si un élève de la classe est dans l’incapacité de faire ses devoirs, il faut les interdire à tous les autres. Bientôt, quand un élève sur 28 ne saura pas nager, on supprimera les leçons de natation!).

Vous voyez, malgré les difficultés, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Il suffit de s’en tenir aux discours et communiqués officiels pour s’en convaincre, oubliez les parenthèses! A l’école, la vie est belle, on vous dit! Il faut vous le dire en quelle langue?

John Vuillaume

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2021   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?