Logo Journal L'Essor
2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Avril 2021
Liberté…, j’écris ton nom !
Auteur : Marc Gabriel

Les poètes ont souvent, peut-être même toujours, raison… avec des lustres d’avance. Paul Eluard a écrit et publié clandestinement Liberté en… 1942, sous l’Occupation. Publication reprise presque aussitôt en Grande-Bretagne. La RAF ira jusqu’à en parachuter des milliers d’exemplaires sur la France occupée. Métaphore heureuse, la liberté nous tombe du ciel… mais qu’en faisons-nous?

Le coronavirus nous rappelle à notre humanité et à notre condition d'êtres profondément sociaux, inséparables les uns des autres.
– Edgar Morin

La pandémie, tombée d’on ne sait trop où, mais ce n’est pas un hasard, a mis à rude épreuve l’exercice de la liberté individuelle, même pour les heureux habitants de nos démocraties plus ou moins démocratiques. Certains gouvernements ont pris des mesures jugées liberticides. Les grands mots sont lâchés; liberticide, vraiment?

C’est évidemment une question de point de vue. Reconnaissons cependant que l’emploi d’expression telle que couvre-feu par exemple a été au mieux, maladroite, au pire, anxiogène. Serait-ce à dire que de nos jours, tout ou presque se résume à une affaire de communication? C’est souvent le cas. Les «restrictions» et leurs conséquences sont certes embêtantes à suivre.

Notre liberté serait de retrouver ce que l’on a perdu.
– Sonia Lahsaini

Mais, la liberté, elle, comment va-t-elle? Est-elle en danger? Oui bien sûr. Pour autant, est-ce que porter un masque constitue une atteinte à notre liberté? Est-ce que les divers degrés de confinements touchent à notre liberté? La réponse est dans la question. De fait notre liberté n’est en rien diminuée, mais nos libertés en revanche sont, elles, mises à mal. On attribue à Benjamin Franklin la paternité de la phrase prononcée par le président Franklin D. Roosevelt dans son discours sur l’état de l’Union en 1941: «Ceux, qui abandonneraient leurs libertés essentielles pour se procurer une petite et éphémère sécurité, ne méritent ni l’une ni l’autre.»1. Nous voilà avertis. Roosevelt faisait alors face à une autre sorte de menace, bien plus terrifiante et mortifère que notre covid-19.

Si la liberté est le droit de choisir, celui-ci est assorti du devoir d'assumer.
– Romain Guilleaumes, Le Bûcher des Illusions

Pourtant, aujourd’hui ce questionnement fait sens. Nous avons à décider sérieusement, raisonnablement de l’attitude personnelle que nous adopterons. Serons-nous des citoyens responsables? Serons-nous d’inflexibles râleurs? Serons-nous des libertaires absolutistes? Serons-nous des Hommes? Est-ce que m’ordonner de me confiner constitue une restriction à mes libertés essentielles? Toute la question réside dans cet «essentiel». Où mettre le curseur de l’essentiel? Chacun de nous le mettra là où il pense qu’il doit être mis. Mais, où qu’il soit placé, il y a l’essentiel personnel et l’essentiel collectif. Ils ne sont pas identiques. Le problème se déplace, va du personnel au collectif, de «Moi» à «Nous». La liberté ne se divise pas, ne s’achète pas, ne se vend pas, ne se soumet pas, mais elle se partage. Les libertés elles, disons qu’elles s’accommodent, se plient, se gardent, disparaissent, reviennent, se concèdent, vont et viennent, mais ne se partagent pas.

À bon entendeur…


Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2021   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?