Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Août 2019    [61]
Une lanceuse d’alerte courageuse
Auteur : Réd.

Rappel de la Rédaction: Yasmine Motarjemi, cadre chez Nestlé, a dénoncé de graves dysfonctionnements dans la sécurité alimentaire de cette multinationale. Au lieu d’être remerciée, cette courageuse lanceuse d’alerte a subi un lourd harcèlement et a finalement été licenciée. Après 8 années de procédure, le tribunal a enfin prononcé son verdict. Dans une lettre publiée dans un journal romand, Yasmine Motarjemi a exprimé ses sentiments que voici.

Depuis l’affaire Nestlé et le jugement incompréhensible de la Chambre patrimoniale du canton de Vaud («Cela visait à me faire taire», LL du 2 mars dernier), la vie passe tantôt dans l’amertume et la colère, tantôt dans le dégoût et la tristesse. Puis arrive un jour où je tombe sur la lettre de lecteur de M. Jean Perroud dans La Liberté du 29 juin.

Une des rares personnes qui, sans me connaître personnellement, a compris les valeurs qui m’ont animée pour porter plainte contre mon ancien employeur, Nestlé, et qui a pris la plume pour me défendre. Car toute mon histoire est une question de valeurs: valeurs professionnelles et valeurs humaines!

Si j’ai rapporté mon affaire devant le public au prix de conséquences lourdes, c’était pour connaître l’opinion publique sur des pratiques de mon ancien employeur concernant la gestion de la sécurité des produits alimentaires ainsi que la façon dont Nestlé traite ses employés et du fait que Nestlé a refusé de donner suite à mes alertes internes. Egalement, que pense le public du jugement du tribunal qui, tout en reconnaissant le harcèlement, refuse de condamner Nestlé?

Après huit ans de procédures lourdes et coûteuses, le tribunal déclare ma demande «irrecevable» et rejette mes demandes d’indemnisation! Il estime que j’aurais dû accepter un poste humiliant et sans avenir, sous prétexte qu’il était bien payé. En d’autres termes, le tribunal fait abstraction de la dignité humaine et prend ainsi à mon avis une décision anticonstitutionnelle. Ceci dans un contexte où les femmes revendiquent plus de respect.

Alors quel bonheur de voir un citoyen engagé et courageux prendre la parole pour me défendre.

L’essor tient à réaffirmer son soutien et son estime à Yasmine Motarjemi et à rappeler une célèbre observation de Jean de la Fontaine: «Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir».

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?