Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Février 2006
Le vote ouvrier pour les partis nationaux-populistes
Lu par : Rémy Cosandey
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

Le vote ouvrier pour les partis nationaux-populistes
Line Rennwald
Éditions CJE

Les partis nationaux-populistes ont connu ces dernières années de très fortes progressions électorales dans de nombreux pays d’Europe. Ces partis recueillent toujours plus de voix au sein des milieux populaires et la Suisse n’échappe pas à ces tendances. La forte présence de l’électorat ouvrier est très surprenante car l’UDC défend sur les questions économiques des positions néolibérales peu favorables aux couches les moins aisées de la population. De plus, les ouvriers ont été traditionnellement considérés comme l’électorat privilégié de la gauche. Line Rennwald a cherché à comprendre. Elle a fait de cette question le thème de son mémoire de licence, qu’elle vient de publier sous la forme d’un ouvrage petit par sa taille (120 pages) mais grand par la justesse de ses analyses.

D’une manière générale, l’auteure constate que le processus de mondialisation et de globalisation a provoqué un clivage : d’un côté les gagnants, de l’autre les perdants. C’est dans cette dernière catégorie qu’on trouve les électeurs de l’UDC, persuadés que Blocher et ses acolytes sont plus proches des préoccupations du peuple que les élus des autres partis. Line Rennwald écoute sans juger, explique sans condamner. Mais l’enseignement de son livre est clair : la gauche n’arrive plus à capter les préoccupations des couches laborieuses. Les ouvriers sont alors une proie facile pour l’UDC, parti qui pratique avec virtuosité le populisme, la démagogie et le double langage. Un ouvrage à mettre entre toutes les mains, et en premier dans celles des dirigeants socialistes.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?