Logo Journal L'Essor
2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006
et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Février 2019    [4]
Déception pour les «merveilles de Noël»
Auteur : Pierrette Kirchner-Zufferey

Décembre égrène les heures dans les brumes de fin d'automne. Il tire les jours dans l'Avent en direction du solstice et des réjouissances fêtant le retour du soleil associé à l'anniversaire du Divin Enfant. Une bien belle tradition! Ces réjouissances on les veut toujours vraies, douces au coeur comme au palais. Il y a donc du travail pour tout le mois si l'on veut que rien ne manque sur les tables et sous le sapin! Chaque famille y va de ses habitudes pour maintenir la Fête.

Pour Jeanne, de passage dans son village natal, il manque les «merveilles de Noël» typiques de son enfance! Elle n'en fait plus depuis que la vieillesse s'occupe trop d'elle… et n'en mange plus car personne autour d'elle n'a pris le relais. Elle pourrait les trouver dans les pâtisseries ou au Marché de Noël? Que nenni, les «merveilles de Noël» sont devenues celles de carnaval!

Les «merveilles de Noël» à Carnaval? Incroyable! Quelle déception! Les coutumes changent avec le temps qui passe, les nouvelles générations. Et les nouveaux venus: ceux-ci ne savent pas ce qu'est une «merveille»!

Au Marché de Noël une musique à danser éloigne les coeurs des chants traditionnels: autre déception. Décidément Noël n'est plus ce qu'il était.

La déception devient colère! Colère face à l'adaptation inversée.

C'est l'allégresse dans les talons que Jeanne rentre chez elle, ceci d'autant plus qu'elle apprend que le «Joyeux Noël» des salutations devient «Joyeuses Fêtes»! Il paraît aussi qu'il en va de même dans les écoles afin de ne blesser aucune personne désintéressée par la Sainte Fête.

Finalement la déception, ce sentiment qui trouble l'humeur lorsque la vie à vivre n'est pas à la hauteur des attentes, cette déception qui engendre les regrets, les désillusions, les tristesses, les colères et autres rognes pousse à la réflexion. Dorénavant Jeanne continuera d'accueillir l'autre, mais vivra ses Noëls à elle, l'indigène. L'intégration doit se faire dans les deux sens… Il est temps de faire connaître nos «merveilles de Noël» maison. Jeanne s'en donnera les moyens. Qui l'aime la suive!

Adieu les déceptions et vive le coeur enflé de générosité et d'allégresse pris dans le tourbillon festif.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2019   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?