Logo Journal L'Essor
2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011
2010 2009 2008 2007 2006 et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Juin 2018    [5]
Un propos qui ne passe pas
Auteur : Edith Samba

Les déclarations de Madame fille Blocher prétendant que «les syndicats font la loi dans ce beau pays, pourvus d’un pouvoir disproportionné», laissant entendre qu’ils sont trop gênants pour les bonnes affaires du pays au point qu’il faudrait les faire disparaître, ont de quoi nous rendre sidérés.

Elles permettent toutefois de rappeler que notre système syndical a sensiblement moins de pouvoir que dans bien d’autres pays et qu’il doit, depuis un bon nombre d’années, batailler sur tous les fronts, tant les attaques contre les travailleurs se multiplient. Même l’Etat devient un piètre employeur, s’étant laissé convertir par les partis de droite au dogme que le privé gère mieux que le public. Grave conversion, sachant que le privé n’a pas les mêmes objectifs, la même surveillance citoyenne. Il n’y a qu’à observer les dérapages à la Poste, aux CFF et bientôt dans les services de l’électricité qui vont immanquablement voir leurs prix grimper, l’entretien de leur réseau et les conditions de travail se péjorer. On assiste aussi à l’entrée des capitaux privés dans l’éducation, la recherche, la sécurité même, tout en se congratulant devant ce partenariat public/privé si juteux. Au fait, pour qui exactement? Pas pour les petites mains, on en est déjà assuré1.

Enfin, lorsqu’on se rappelle que dame Blocher voit tomber chaque jour environ un million dans son escarcelle, pris sur les bénéfices de ses affaires familiales, on peut se poser la question de son niveau de connaissance des conditions de vie des ouvriers, des collaborateurs qui produisent la richesse réelle, ici et ailleurs.


1. La vente de plusieurs autoroutes en France à des entreprises privées permet à celles-ci de faire des milliards de francs de bénéfice par année. Et la privatisation des chemins de fer en Grande-Bretagne est une catastrophe financière et sécuritaire!

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?