Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Premier

Avril 2017 
C’est la faute de la presse et de la justice!
Auteur : Mousse Boulanger, Rémy Cosandey

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle française, est mis en examen car il a généreusement servi sa femme et ses enfants. Aussitôt, il s’écrie que la justice interfère dans la campagne électorale. Mettre en cause l’indépendance de la justice pour un personnage qui prétend à la plus haute fonction de l’Etat est une attitude grave et indigne.

Plusieurs proches collaborateurs de Marine Le Pen doivent rendre des comptes car ils ont bénéficié d’emplois fictifs au Parlement européen de Strasbourg. Ni une ni deux, la présidente du Front national déclare qu’elle est victime d’un complot et refuse de donner suite à la convocation de la justice. Voilà un réflexe qui montre que certains politiciens se croient au-dessus des lois.

Donald Trump, par ses prises de position anti-sociales et anti-écologiques, recueille une majorité d’opinons défavorables. Pour lui, c’est la faute de la presse et il a interdit à certains journaux l’entrée à la Maison Blanche. Ce n’est pas encore un dictateur mais il se conduit déjà comme un homme qui n’accepte pas les contre-pouvoirs.

Partout dans le monde, profitant de l’indifférence générale ou de la réaction désabusée face à des élites qui ont perdu le contact avec le peuple, des hommes forts font appel au nationalisme pour justifier leur dérive autoritaire. Que se soit aux Philippines avec Rodrigo Duterte, en Turquie avec Recep Erdogan, en Hongrie avec Viktor Oban ou aux Etats-Unis avec Donald Trump, ils distillent des discours empreints de haine et de remise en question des droits humains. Le plus grave, c’est qu’ils ont été élus démocratiquement par le peuple qui s’est laissé induire en erreur par des déclarations nationalistes et des promesses mensongères. En moins de deux mois, Donald Trump, pour légitimer ses propos, a déjà recouru à d’innombrables contrevérités. Il a même inventé un attentat en Suède qui n’a jamais existé pour critiquer la politique de ce pays en matière d’accueil des demandeurs d’asile.

Dans son dernier rapport, Amnesty International s’inquiète de cette situation. Citons un extrait: «Les discours clivants des marchands de peur sont devenus une force dangereuse dans les affaires de la planète. De plus en plus de responsables politiques, se déclarant antisystème, défendent des programmes nocifs qui s’acharnent sur des groupes entiers de population, les désignent comme boucs émissaires et les déshumanisent.»

En Suisse, c’est l’UDC qui s’abrite toujours derrière le peuple. Mais le connaissent-ils vraiment alors que Christophe Blocher est milliardaire et Céline Amaudruz millionnaire? Les élus de ce parti ne défendent pas le peuple mais l’utilisent pour enrichir encore davantage les nantis.

Mousse Boulanger et Rémy Cosandey

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?